L’investissement en capital

L'investissement en capital est essentiel à l'économie. Il génère des emplois, de la croissance, et des revenus publics qui contribuent à financer nos écoles, nos hôpitaux et nos routes.

L’investissement en capital est en chute au Canada, tandis qu’il augmente ailleurs. Par exemple, les dépenses en immobilisations ont baissé de 50 % depuis 2014 pendant qu’elles grimpaient de 38 % aux États-Unis.

La raison est simple : contrairement aux États-Unis qui ont simplifié leur système réglementaire, celui du Canada est devenu plus complexe et imprévisible, et notre incapacité à faire avancer les projets de pipelines pousse les investisseurs à choisir d’autres juridictions comme les États-Unis.

L’ACPP publie chaque trimestre ses Perspectives de l’investissement en capital et du forage, qui donne un aperçu des effets de la baisse des prix des matières premières, de l’investissement en capital en amont, et des dépenses en immobilisations dans l’industrie.

Téléchargez la prévision

Investissement en capital dans l’industrie canadienne du pétrole et du gaz naturel

Statistique Canada et ACPP, 2019

La concurrence est féroce dans le marché mondial, et si le Canada veut voir son industrie devenir un joueur de premier plan, plusieurs facteurs devront être pris en compte.

La hausse des coûts du gouvernement, le fardeau des règlements inefficaces, et le manque d’infrastructures pour acheminer l’énergie canadienne vers les marchés en croissance sont tous des facteurs qui minent la confiance des investisseurs envers le Canada, et affectent la capacité du pays à attirer le capital dont il a besoin pour créer des emplois et favoriser la prospérité.

Investissement et revenus gouvernements

L’industrie pétrolière et gazière est le plus important investisseur du secteur privé au Canada. À eux seuls, les sables bitumineux ont injecté près de 14 milliards $ dans l’économie en 2017.

L’industrie des sables bitumineux et ses fournisseurs contribuent aux revenus gouvernementaux sous forme d’impôt des sociétés, d’impôt des particuliers, de taxes foncières, de redevances, de ventes de terrains publics, et d’autres dépenses.

On s’attend à ce que l’industrie des sables bitumineux verse dans les 10 prochaines années environ 17 milliards $ aux gouvernementaux provinciaux et fédéral, incluant les redevances (Canadian Oil Sands Supply Costs and Development Projects, 2019 – 2029, CERI). Ces revenus publics contribuent à financer les infrastructures, les services sociaux et d’autres programmes essentiels. La santé de l’industrie des sables bitumineux se traduit par des revenus accrus pour les gouvernements.

Vous voulez en savoir plus?