La qualité de l’air

L’industrie canadienne du pétrole et du gaz naturel en amont s’efforce de réduire les émissions atmosphériques associées à ses activités de prospection et d’exploitation. Cela passe autant par le design des projets que l’excellence opérationnelle et l’innovation technologique.

Gestion de la qualité de l’air

Au Canada, la gestion de la qualité de l’air est sous la responsabilité partagée de l’industrie et des gouvernements provinciaux et fédéral. Elle vise à limiter les émissions atmosphériques incluant les gaz à effet de serre, les polluants et les odeurs. L’industrie canadienne du pétrole et du gaz naturel recherche constamment de nouvelles façons de réduire ses émissions pour améliorer la qualité de l’air.

Plus de détails sur le changement climatique

Émissions canadiennes

Le Canada compte pour 0,5 % de la population mondiale et produit moins de 1,5 % des émissions équivalentes de CO2 sur la planète. Les sables bitumineux représentent 11 % des émissions de GES canadiennes, soit 0,15 % des émissions de GES mondiales.

Les émissions de GES représentent un enjeu important pour le monde entier. Les autres émissions associées à l’exploitation pétrolière et gazière sont plus importantes au niveau local. Celles-ci incluent le dioxyde d’azote (NO2), le dioxyde de soufre (SO2) et les particules fines créées principalement par la combustion dans les installations et les véhicules. Les émissions de méthane, quant à elles, concernent l’industrie du gaz naturel.

Plus de détails sur les GES

Réglementation de la qualité de l’air

Respirer un air pur est le droit de tous, et il est essentiel à la qualité de vie des Canadiens. C’est pourquoi la gestion efficace des impacts sur la qualité de l’air est pour nous une priorité. L’industrie canadienne du pétrole et du gaz naturel opère dans l’un des environnements réglementaires les plus stricts au monde, mis en place par les gouvernements provinciaux et fédéral pour assurer la protection de l’air, des sols et de l’eau.

Les provinces ont mis en place des systèmes de gestion de la qualité de l’air incluant la réglementation des émissions industrielles, la surveillance de l’air, la mise en place d’objectifs à atteindre, et la communication au public d’indices de la qualité de l’air. En Colombie-Britannique, le cadre réglementaire de la qualité de l’air est constitué du Environmental Management Act et du Waste Discharge Regulation.

Le cas de l’Alberta

L’Alberta a mis en place un système exhaustif de gestion de la qualité de l’air, le Air Quality Management System (AQMS), qui définit les objectifs et approches en gestion des enjeux atmosphériques en coordination avec les stratégies et politiques fédérales. Ce système de gestion de la qualité de l’air comprend des processus d’approbation pour l’industrie, la surveillance de l’air ambiant, des structures de gestion et une planification par région.

L’Aberta fut la première juridiction en Amérique du Nord à lancer une politique de réduction des émissions de GES, et celle-ci demeure l’une des plus strictes au Canada. En 2015, le gouvernement albertain a lancé le Climate Leadership Plan qui vise à :

  • établir une tarification des émissions de GES
  • mettre fin à la pollution des centrales thermiques au charbon d’ici 2030
  • exploiter davantage de sources d’énergie renouvelables
  • limiter les émissions des sables bitumineux à 100 mégatonnes par année
  • réduire les émissions de méthane de 45 % d’ici 2025

Surveillance de la qualité de l’air

Depuis plus de 40 ans, le gouvernement de l’Alberta mène des activités de surveillance environnementale dans le cadre du Environment Protection and Enhancement Act. À mesure que l’exploitation des ressources naturelles s’est amplifié, particulièrement dans la région des sables bitumineux au Nord, la province a renforcé ses activités de surveillance, d’évaluation et de signalement dans le but de mieux comprendre les impacts cumulatifs sur l’environnement.

Dans le cas du gaz naturel, l’industrie doit obtenir des approbations avant de libérer des émissions dans l’environnement. En Alberta comme en Colombie-Britannique, les grandes installations industrielles sont soumises à l’obligation de rapporter leurs émisions.

La gestion des odeurs, une responsabilité partagée

La responsabilité de certains aspects de la qualité de l’air, comme les odeurs, est partagée entre les entreprises et les régulateurs. Elle inclut l’établissement de meilleures pratiques, le contrôle de la conformité, et l’application des règlements. Les bonnes pratmeil Responsibility for air quality issues such as odour, is shared between operators and regulators through best practices, compliance assurance and enforcement. Le guide des bonnes pratiques en gestion des odeurs du Alberta Clean Air Strategic Alliance (CASA) est un bon exemple de collaboration de de l’industrie pour la gestion des odeurs issues de l’exploitation du gaz naturel en amont. Ce guide donne des outils et conseils pour évaluer, prévenir et gérer les odeurs, avec une mine d’informations que l’industrie et les gouvernements peuvent exploiter pour mieux gérer les odeurs.