fbpx

La gestion des eaux

La protection des ressources hydriques est une priorité pour l'industrie canadienne du pétrole et du gaz naturel.

Les Canadiens accordent beaucoup de valeur aux ressources hydriques du pays. Ils veulent être assurés que l’industrie utilise l’eau de façon responsable et gère ses impacts sur la qualité et la disponibilité de l’eau. L’industrie canadienne du pétrole et du gaz naturel préserve les ressources hydriques grâce une consommation effiace et des systèmes de réduction du risque.

Pour en apprendre davantage

Gestion des eaux dans l’exploitation non conventionnelle

L’eau joue un rôle important dans l’exploitation du pétrole et du gaz naturel non conventionnels. Pendant le forage des puits, l’eau sert à refroidir et à lubrifier le trépan et à dégager les débris de roche vers la surface. Si le pétrole ou le gaz naturel piégés dans la roche ne s’écoulent pas librement vers la surface, le puits est complété par la fracturation hydraulique, qui nécessite également de grande quantités d’eau.

L’eau dans la fracturation hydraulique

Le volume d’eau nécessaire à la fracturation hydraulique dépend du puits et de la formation géologique. En moyenne, une opération de fracturation hydraulique requiert 5 000 à 30 000 mètres cubes d’eau. Le prélèvement se fait dans les eaux de surface, les eaux souterraines, ou d’autres sources comme l’eau salée, l’eau de surface non potable, les refoulements, l’eau produite, l’aqueduc  municipal, ou les eaux industrielles usées.

En savoir plus sur la protection de l'eau douce

Protection des ressources hydriques du Canada

L’industrie canadienne du pétrole et du gaz naturel recycle l’eau et cherche continuellement des façons de réduire autant que possible sa consommation d’eau douce. Les producteurs collaborent au sein d’organismes comme le Petroleum Technology Alliance Canada (PTAC) et le Canada’s Oil Sands Innovation Alliance (COSIA) pour réduire toujours plus leur utilisation des eaux.

En savoir plus sur la protection de l'eau douce

Contrôle de la qualité de l’eau dans les sables bitumineux

Les projets de sables bitumineux sont soumis à des exigences d’analyse et de contrôle des eaux de surface et souterraines qui pourraient être affectés par leurs opérations. L’exploitation minière et les opérations in situ sont gérées attentivement pour éviter de nuire à la qualité des eaux de surface (rivières, ruisseaux, lacs, étangs et autres sources) et souterraines.

Des données sur l’eau sont recueillies par diverses agences provinciales et fédérales pour détecter tout impact de l’exploitation des sables bitumineux sur la qualité de l’eau. Le gouvernement de l’Alberta surveille la qualité de l’eau dans la région depuis le début des années 1970.

Plus de détails sur la surveillance et la qualité de l’eau

Surveillance de la rivière Athabasca

La rivière Athabasca est l’un des cours d’eau les plus surveillés au monde, pour assurer que la qualité et le débit de l’eau ne sont pas compromis par les opérations industrielles. La rivière a toujours contenu des quantités mesurables d’hydrocarbures car le bitume y pénètre naturellement à partir des affleurements de sables bitumineux. L’écosystème aquatique de l’Athabasca s’est d’ailleurs adapté à cet environnement naturel.

L’industrie canadienne des sables bitumineux cherche continuellement des façons d’améliorer ses technologies de recyclage et de réduire son empreinte sur l’eau.

Basil développe une technologie d'économie d'eau

Le Centre de développement des technologies de l'eau permettra aux opérateurs de tester plus de technologies et de tester ces technologies plus rapidement que jamais.