fbpx

Introduction au gaz naturel

Le gaz naturel est un mélange d’hydrocarbures gazeux composé principalement de méthane. Il s’est formé il y a des millions d’années par la transformation de matières animales et végétales enfouies sous la roche sédimentaire, sous l’effet de la pression et de la chaleur. Le gaz naturel est utilisé par plus de six millions de Canadiens et sert aussi à fabriquer de l’engrais, du carburant, de la peinture et bien d’autres produits.

Le gaz naturel est un hydrocarbure économique, fiable, versatile et abondant, et offre une combustion plus propre.

Approvisionnement énergétique

Le Canada a d’énormes réserves de gaz naturel; suffisamment pour au moins 300 ans au rythme de consommation actuel. Il est le cinquième producteur mondial de gaz naturel avec 1 220 billions de pieds cubes en réserve, et l’exploite de façon sécuritaire depuis plus de 60 ans.

CERI, 2018

L’industrie canadienne du gaz naturel est bien réglementée, technologiquement avancée, résolument engagée à améliorer sa performance environnementale, et bien placée pour répondre à la croissance de la demande mondiale.

Les 10 principaux producteurs mondiaux de gaz naturel

  • États-Unis
  • Russie
  • Qatar
  • Iran
  • Canada
  • Chine
  • Norvège
  • Australie
  • Arabie saoudite
  • Algérie

Étude statistique de BP, , 2018

Demande mondiale de gaz naturel

On s’attend à ce que la demande mondiale de gaz naturel augmente de 29 % d’ici 2040.

AIE, Perspectives énergétiques mondiales 2020

Un marché en transformation

L’approvisionnement des nouveaux marchés mondiaux en gaz naturel canadien est un enjeu de taille. Avec les nouvelles technologies qui donnent accès à ses ressources en gaz de schiste et en gaz étanche, le Canada a grandement élargi ses réserves potentielles. Son défi est d’acheminer le gaz naturel de l’Ouest du pays vers les marchés de l’Est, des États-Unis, et du reste du monde. Malgré les importantes réserves du pays, les États-Unis sont son seul client international, et aussi son plus grand concurrent.

La croissance de la production américaine de gaz naturel a fait baisser les exportations canadiennes de 10 milliards de pieds cube par jour (Gpc/j) en 2007 à 7,8 Gpc/j en 2018.

Alors qu’ils continuent d’accroître leur production de gaz naturel, les États-Unis gagnent en autonomie énergétique et sont même devenus exportateurs nets de gaz naturel en 2017, avec des clients comme le Mexique, la Chine et la Corée-du-Sud. (Source : Energy Information Administration, 2018)

Du chauffage à la production d’électricité, le gaz naturel répond actuellement à 35 % des besoins énergétiques du Canada.

Statistique Canada, 2017

Potentiel de croissance des nouveaux marchés

Le Canada peut exporter son gaz naturel vers de nouveaux marchés sous forme de gaz naturel liquéfié (GNL). La recherche de clients mondiaux, particulièrement en Asie où la demande s’accroît, est essentielle à l’industrie canadienne du gaz naturel.

Le Canada a la possibilité d’approvisionner les économies émergentes de l’Asie du-Sud-Est, de la Chine et de l’Inde avec un gaz naturel produit de façon responsable. Ces marchés sont accessibles depuis la Colombie-Britannique et l’Alberta où se trouvent les grandes réserves de gaz naturel. En fait, les marchés de l’Asie sont à 11 jours de bateau des terminaux proposés sur la côte Ouest, soient 2 jours de moins que pour la plupart de nos concurrents internationaux.

L’industrie du GNL dans l’Ouest canadien est bien positionnée pour répondre de façon fiable et économique aux besoins de l’Inde et la Chine en gaz naturel, qui devraient croître de 45 Gpc/j d’ici 2040. Source : IEA, Perspectives énergétiques mondiales 2020

Des occasions d’exportations du GNL canadien sont également à l’étude sur la côte Est.

Le potentiel des ressources extracôtières en gaz naturel de la Nouvelle-Écosse est de 120 billions de pieds cubes, et il dépasse 193 billions de pieds cubes en Terre-Neuve-et-Labrador. Pour mettre ces nombres en perspectives, le foyer canadien moyen consomme environ 95 000 pieds cubiques de gaz naturel chaque année. (Sources : Ministère de l’énergie de la Nouvelle-Écosse, gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, Ressources naturelles Canada)