Les émissions de gaz à effet de serre

D'où proviennent les émissions de gaz à effet de serre?

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) sont produites lorsque des hydrocarbures tels que le gaz naturel et le pétrole sont brûlés. Les GES comprennent le dioxyde de carbone (CO2), le méthane, l’oxyde nitreux et l’ozone, qui contribuent tous aux changements climatiques.

Le gaz naturel et le pétrole sont brûlés pour la production d’électricité, les applications industrielles, le transport et le chauffage des maisons et des bâtiments commerciaux. En fait, la majorité des émissions de GES sont rejetées à l’étape de l’utilisation finale lorsque le pétrole et le gaz naturel sont utilisés comme source de chauffage ou d’électricité, carburant ou ingrédient de nombreux produits importants.

L’empreinte carbonique du Canada

Selon le gouvernement du Canada, les émissions totales de GES dans notre pays en 2018 se sont élevées à 729 mégatonnes d’équivalent CO2 (Mt éq. CO2). À l’échelle mondiale, la part des émissions de GES du Canada est inférieure à 1,5 %. En 2018, le secteur pétrolier et gazier a rejeté 193 mégatonnes d’équivalent CO2 (Mt éq. CO2) (26 % des émissions totales), suivi de près par le secteur des transports, qui a émis 186 Mt éq. CO2 (25 %).

Entre 2005 et 2018, la quantité de GES émise par personne a diminué de 13 %, passant de 22,6 à 19,7 tonnes d’équivalent CO2. Au cours de la même période, les GES par unité de produit intérieur brut ont diminué de 20 %, passant de 0,44 à 0,35 Mt éq. CO2 par milliard de dollars de produit intérieur brut (Source : Environnement et Changement climatique Canada).

Réduction des émissions de GES : Un défi mondial

La réduction des émissions de GES est un enjeu mondial important, et l’industrie canadienne du gaz naturel et du pétrole s’est engagée à réduire les émissions de GES produites pour chaque baril de pétrole et chaque mètre cube de gaz naturel produit. Les innovations en matière de gaz naturel et de pétrole qui sont mises au point au Canada peuvent être, et sont, utilisées à l’échelle mondiale, à la fois pour produire du gaz naturel et du pétrole, et pour remplacer les hydrocarbures à haute intensité d’émissions tels que le charbon par des sources d’énergie canadiennes exploitées de façon responsable.

Le défi : réduire les émissions de GES pendant que la demande d’énergie augmente.

Règlements et politiques sur les GES

En 2015, le gouvernement du Canada a annoncé un objectif climatique visant à réduire les émissions de GES du Canada de 30 % par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030.

En 2020, le gouvernement du Canada a présenté Un environnement sain et une économie saine, programme qui comprend des mesures visant à dépasser la cible de 2030 et à éliminer complètement les émissions d’ici 2050.

Le secteur du gaz naturel et du pétrole est réglementé par les gouvernements provinciaux et fédéral au moyen de programmes visant à réduire les émissions de GES, notamment :

Émissions de GES issues du gaz naturel

Le secteur canadien du gaz naturel s’efforce de réduire les émissions atmosphériques associées à l’exploration et à la production. Il trouve des solutions pour respecter l’engagement du Canada à réduire les émissions de méthane.

Le secteur canadien du gaz naturel est soumis à des exigences de déclaration des émissions de GES. Les rapports sont présentés sur le guichet unique d’Environnement et Changement climatique Canada, un portail en ligne utilisé par les partenaires provinciaux pour simplifier les déclarations nationales et provinciales.

Le gaz naturel peut jouer un rôle déterminant dans la réduction des émissions de GES au Canada. Par exemple, les émissions du secteur de l’électricité sont passées de 130 mégatonnes en 2001 à 64 mégatonnes en 2018, alors que les centrales électriques ont remplacé le charbon par le gaz naturel. L’électricité produite à partir du gaz naturel devrait passer de 10 % en 2016 à 16 % en 2040.

À l’échelle mondiale, le gaz naturel liquéfié (GNL) du Canada pourrait aider à lutter contre les changements climatiques en remplaçant le charbon dans les pays où la demande d’énergie est croissante, comme l’Inde et la Chine. En fait, les centrales au gaz naturel émettent près de 40 % moins de CO2 que les centrales au charbon. Source : ACPP et ARC Energy)

Grâce à l’électrification de la production de gaz naturel en amont, l’intensité des émissions des installations canadiennes de GNL pendant le cycle de vie sera inférieure à celle du GNL produit partout dans le monde.

Émissions de GES issues des sables bitumineux

Bien que les sables bitumineux soient considérés comme un grand émetteur de gaz à effet de serre, en réalité, ils ne représentent que 11 % des émissions de GES du Canada et moins de 0,15 % des émissions mondiales de GES. Malgré tout, le secteur canadien des sables bitumineux continue de réduire l’intensité des émissions de GES. Des travaux sont en cours en rapport avec diverses nouvelles technologies visant à réduire les émissions de GES provenant des sables bitumineux. Les émissions de GES ont chuté de 34 % par baril depuis 1990 en raison de l’innovation.

Renverser la tendance des émissions de gaz à effet de serre

Dans l’exploitation minière des sables bitumineux, il faut de l’énergie pour transporter le minerai, le fractionner en morceaux plus petits et chauffer l’eau utilisée pour séparer le pétrole du sable. Il faut également de l’énergie afin de produire de la vapeur pour les méthodes de récupération in situ. L’industrie prend des mesures pour réduire les émissions à chaque étape du processus d’extraction, tant au niveau de l’exploitation minière que de la récupération in situ.

Émissions de GES issues des secteurs de l’énergie et autres

Les autres industries qui émettent des GES comprennent le transport, l’électricité, le ciment, les produits chimiques, la fabrication, le bâtiment, l’agriculture et les déchets. En 2018, les émissions respectives étaient les suivantes : (source : Environnement et Changement climatique Canada)

  • Gaz naturel et pétrole – 193 Mt éq. CO2 (26 %)
  • Transport – 186 Mt éq. CO2 (25 %)
  • Bâtiment – 92 Mt éq. CO2 (13 %)
  • Électricité – 64 Mt éq. CO2 (9 %)
  • Industrie lourde – 78 Mt éq. CO2 (11 %)
  • Agriculture – 73 Mt éq. CO2 (10 %)
  • Déchets et autres – 41 Mt éq. CO2 (6 %)

Émissions et qualité de l’air

En plus du CO2, les autres émissions atmosphériques associées à l’exploitation des sables bitumineux comprennent les oxydes d’azote (NOX), le dioxyde de soufre (SO2) et les particules fines, qui proviennent en premier lieu de la combustion de carburant dans les bâtiments et les véhicules.

Mesures de réduction des émissions de GES

Dans l’ensemble du secteur du gaz naturel et du pétrole, les mesures les plus efficaces pour lutter contre les changements climatiques passent par des innovations qui aident à réduire les émissions. En plus du travail de collaboration effectué par la Canada’s Oil Sands Innovation Alliance (COSIA), la Petroleum Technology Alliance Canada (PTAC) et de nombreuses autres organisations de l’industrie, des entreprises individuelles prennent aussi l’initiative. Voici des exemples récents :

Suncor Énergie annonce un important projet de cogénération.

MEG Energy compte utiliser le captage du carbone pour éliminer complètement les émissions dans l’une de ses installations.