fbpx

Les Canadiens sont surtout préoccupés par l’économie et veulent un secteur gazier et pétrolier fort pour stimuler la reprise, révèle un nouveau sondage

22 septembre 2020, Calgary, Alberta – La situation économique du pays est l’enjeu numéro un de l’heure pour les Canadiens, selon un nouveau sondage d’Ipsos. En effet, 44 % des Canadiens voient l’économie comme la plus grande priorité du gouvernement, avant même les soins de santé (choisie comme le principal enjeu par 36 % des répondants). Tous les autres enjeux tombent loin dans la liste des préoccupations.

En ce qui concerne l’orientation stratégique, près des deux tiers des Canadiens (64 %) affirment que le  gaz naturel et le pétrole doivent faire partie du plan de reprise du Canada, et plus de la moitié (55 %) croient qu’il est plus important que jamais de soutenir l’emploi dans le secteur gazier et pétrolier, car le pays a besoin de lui pour relancer son économie.

Les nouvelles données d’Ipsos, qui ont été recueillies aux quatre coins du pays, montrent que les Canadiens sont largement favorables à la croissance et au développement du secteur gazier et pétrolier.

Les sondages réalisés au Québec, publiés ce mois-ci par l’Institut économique de Montréal (IEDM), font écho à cet appui envers le secteur gazier et pétrolier canadien. En effet, une majorité écrasante de Québécois (71 %) préfèrent importer leur pétrole de l’Ouest canadien. Seulement 8 % des Québécois préféreraient que l’importation provienne des États-Unis, et seulement 6 %, d’un autre pays.

L’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) est encouragée par l’appui solide des Canadiens et exhorte le gouvernement fédéral à faire preuve du même soutien à l’égard du secteur énergétique.

L’ACPP a publié un rapport intitulé Une vision pour la reprise économique du Canada qui met en lumière les retombées positives que le secteur énergétique pourrait avoir sur la création d’emplois pour les Canadiens et la reprise économique du pays.

Selon Statistique Canada, les exportations de pétrole brut, de bitume, de gaz naturel et de liquides de gaz naturel ont généré plus de 102 milliards de dollars en 2019. Si l’on ajoute à cela le pétrole raffiné, le total s’élève à plus de 112 milliards de dollars, soit environ 19 % du revenu de toutes les exportations canadiennes combinées.

Le secteur énergétique soutient un demi-million d’emplois partout au pays et une chaîne d’approvisionnement qui s’étend d’un océan à l’autre et qui contribue à la croissance économique et à la prospérité de milliers d’entreprises.

Tandis que les Canadiens attendent la reprise, le secteur du gaz naturel et du pétrole peut jouer un rôle vital, non seulement pour stimuler l’économie, mais aussi pour promouvoir l’innovation et développer de nouvelles technologies qui pourront aider le pays à atteindre ses objectifs environnementaux et climatiques ici et à l’étranger.

Le Canada est nettement un chef de file en matière de performance environnementale, sociale et de gouvernance (ESG). Par exemple, sa production pétrolière extracôtière est l’une des plus faibles en carbone au monde, avec des émissions par baril inférieures de 30 % à la moyenne mondiale.

Le leadership du pays en matière d’innovation et de performance environnementale peut distinguer le secteur énergétique du Canada de la concurrence sur la scène mondiale, et c’est un élément clé pour ramener les investissements dans un secteur stable et opéré de façon responsable.

L’ACPP cite Tim McMillan, président et chef de la direction :

  • « La politique gouvernementale doit être considérée dans le contexte d’un solide plan de reprise économique. Il est temps de signaler à la communauté internationale que le Canada est un bon endroit où faire des affaires et de faire valoir ses forces pour attirer de nouveau les investissements dans nos industries. »
  • « La reprise économique est une priorité pour les Canadiens, et nous sommes heureux de constater que le secteur du gaz naturel et du pétrole bénéficie d’un appui partout au pays. Un secteur énergétique en croissance créera des emplois dont les Canadiens ont grand besoin et des revenus pour les gouvernements. Le retour des investissements dans le secteur énergétique appuiera également le développement continu de nouvelles technologies qui améliorent notre performance environnementale, réduisent nos émissions et contribuent à l’atteinte de nos objectifs climatiques. »

Renseignements complémentaires :

  • Selon l’IEDM, la moitié des Québécois (50 %) estiment que leur province devrait exploiter ses propres ressources pétrolières.
  • La chaîne d’approvisionnement des producteurs de sables bitumineux à elle seule est associée à près de 10 000 entreprises partout au pays.
  • En 2016-2017, la chaîne d’approvisionnement des sables bitumineux a injecté 320 millions de dollars dans l’économie québécoise, par l’intermédiaire de 199 entreprises, et a soutenu quelque 8 100 emplois directs.
  • Au Canada, le secteur gazier et pétrolier est celui qui investit le plus dans les technologies propres et la protection de l’environnement, avec des dépenses d’environ 3,5 milliards de dollars par année.
  • De 2017 à 2019, malgré la faiblesse des prix des produits de base, le secteur énergétique a ajouté plus de 8 milliards de dollars par année aux recettes du gouvernement dans l’ensemble du pays. 

L’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) représente des entreprises de toutes tailles vouées à la prospection, à l’exploitation et à la production du pétrole et du gaz naturel partout au pays. Les entreprises membres de l’ACPP produisent 80 % du pétrole et du gaz naturel canadiens. Les membres associés de l’ACPP offrent une gamme étendue de services qui soutiennent l’industrie du pétrole et du gaz naturel en amont. Ensemble, les membres et membres associés de l’ACPP représentent une part importante de l’industrie nationale, dont les revenus atteignent environ 109 milliards de dollars par année pour la production de pétrole et de gaz naturel. L’ACPP a pour mission, au nom de l’industrie canadienne de pétrole et du gaz naturel en amont, de promouvoir et de stimuler la compétitivité économique, la performance environnementale et la responsabilité sociale.

– 30 –

Vous en voulez plus?

Retour aux nouvelles