L’industrie canadienne du pétrole et du gaz naturel fait preuve de transparence et de performance dans son rapport sur les émissions

le 21 juillet 2021, Calgary, AB

L’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) a publié un nouveau rapport intitulé Canada’s Natural Gas and Oil Emissions: Ongoing Reductions, Demonstrable Improvement (en anglais). Le rapport, qui présente les moyens d’atteindre un avenir à faibles émissions de carbone grâce à l’innovation et aux nouvelles technologies et illustre le rendement de l’industrie en matière de réduction de l’intensité des émissions, est le premier d’une série de rapports prévus sur les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Points saillants du rapport :

  • De 2011 à 2019, la production combinée de gaz naturel, de condensat et de liquides de gaz naturel a augmenté de 32 %, tandis que l’intensité des émissions dans ce secteur a diminué de 33 %.
  • Grâce aux pratiques de conservation du torchage au Canada, les producteurs de gaz naturel du pays sont parmi ceux émettant le moins d’émissions au monde.
  • Alors que la production des installations de production in situ de sables bitumineux a augmenté de 66 % de 2013 à 2019, l’intensité des émissions a diminué de 8 %.
  • De 2013 à 2019, alors que la production minière des sables bitumineux a augmenté de 59 %, l’intensité des émissions a diminué de 14 %.
  • L’industrie extracôtière du Canada produit un pétrole dont les émissions sont parmi les plus faibles au monde.

L’industrie détient un vaste portefeuille de solutions novatrices destinées à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et s’appuie sur des progrès technologiques qui ne sont pas seulement ambitieux, mais qui font une différence dès maintenant et dont le développement en cours vise à améliorer le rendement à l’avenir.

Parmi les exemples de ces technologies abordés dans le rapport, citons :

  • Réduction du méthane – L’industrie travaille à réduire les émissions de méthane afin d’atteindre l’objectif du Canada, soit une réduction de 45 % par rapport au niveau de 2012 d’ici 2025. Parmi les 10 principaux exportateurs de pétrole au monde, le Canada est le seul pays à s’être fixé un objectif de réduction du méthane. L’industrie collabore avec le gouvernement de l’Alberta dans le cadre de l’Alberta Methane Field Challenge, qui met à l’essai de nouvelles technologies de détection du méthane, notamment des capteurs sur des drones et des camions.
  • Captage, utilisation et stockage du carbone – Les installations démontrent déjà comment le CO2 peut être capté et stocké ou encore utilisé dans le processus de production, ce qui prévient l’émission de millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère.
  • Cogénération – Les producteurs en amont peuvent utiliser la chaleur résiduelle pour produire de l’électricité. Dans les sables bitumineux, l’électricité excédentaire qui n’est pas utilisée pour l’opération des installations est vendue au réseau électrique de l’Alberta. La cogénération fournit environ 34 % de l’électricité de la province.

L’industrie énergétique en amont du Canada a pour objectif de fournir une énergie propre, abordable, fiable à une population mondiale croissante. Il est essentiel de faire progresser la réduction des GES pour concrétiser la vision selon laquelle le Canada doit être un fournisseur de choix mondial de gaz naturel et de pétrole à faibles émissions de carbone.

Le rapport Canada’s Natural Gas and Oil Emissions: Ongoing Reductions, Demonstrable Improvement est le premier d’une série de communications sur les facteurs ESG que les membres de l’ACPP prévoient publier. Ces rapports devraient notamment porter sur la collaboration avec les peuples autochtones, la diversité et l’inclusion, l’air, les terres et l’eau, la recherche et l’innovation ainsi que la sécurité des processus et du personnel.

Le rapport complet sur les émissions peut être téléchargé à partir du site Web de l’ACPP.

L’ACPP cite Ben Brunnen, vice-président, Sables bitumineux, Politique fiscale et économique :

  • « L’industrie canadienne du gaz naturel et du pétrole est l’une des plus transparentes au monde. Ce rapport place la barre encore plus haut et fait figurer l’industrie comme pionnière quant à la divulgation volontaire du rendement de notre industrie en matière d’émissions collectives. Il devrait inciter d’autres juridictions à faire de même. »
  • « Les données comparables à l’échelle internationale indiquent que le Canada affiche un bon rendement en ce qui concerne l’intensité des émissions, mais aussi que nous nous améliorons continuellement. La clé de notre avenir sera la capacité de notre industrie de faire progresser rapidement de nouvelles technologies afin de continuer à réduire l’intensité des émissions de GES. C’est ce qui permettra au Canada de demeurer un fournisseur mondial de choix. »
  • « Le secteur de l’énergie collabore avec le gouvernement, les organismes de réglementation et les parties prenantes afin d’explorer les moyens les plus efficaces de réduire les émissions. L’industrie pétrolière et gazière est active partout au pays grâce à l’exploration et à la production directes et à une chaîne d’approvisionnement de plusieurs milliards de dollars. Tirer parti de notre leadership en matière de rendement et d’innovation ESG peut renforcer l’industrie et l’ensemble de l’économie canadienne. »
  • « Le secteur canadien de l’énergie a réalisé d’énormes progrès dans la réduction des GES, et cela se poursuit grâce à d’importants investissements dans le secteur des technologies propres et au partage des connaissances dans l’ensemble de l’industrie. Les producteurs canadiens de gaz naturel et de pétrole sont importants pour assurer un approvisionnement énergétique mondial stable et sont déterminés à trouver des voies efficaces et efficientes vers un avenir à faibles émissions de carbone. »

Renseignements complémentaires :

  • En 2019, les exportations de pétrole, de gaz naturel et de produits pétroliers se sont chiffrées à 112,6 milliards de dollars, soit la plus grande valeur des exportations canadiennes.
  • Le Canada produit environ 1,5 % des émissions mondiales de GES. L’industrie canadienne du gaz naturel et du pétrole produit environ 0,3 % de l’ensemble des émissions mondiales de GES.
  • Dans son scénario de politiques énoncées pour 2020, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit que la demande mondiale de pétrole augmentera de 6 % d’ici 2040, pour atteindre 104 millions de barils par jour, tandis que la demande de gaz naturel devrait augmenter de 30 % pour atteindre 5 221 milliards de mètres cubes au cours de la même période. D’ici 2040, l’AIE s’attend à ce que le pétrole et le gaz naturel répondent à 53 % de la demande mondiale d’énergie.
  • Il y a une demande croissante de pétrole lourd canadien. L’AIE prévoit que la demande de pétrole lourd et de bitume augmentera de 21 % d’ici 2040 et que le Canada devra fournir environ 79 % de ce total.
  • Le rapport sur les perspectives énergétiques mondiales de 2020 (World Energy Outlook 2020) de l’AIE reconnaît le Canada comme un chef de file en matière d’actions climatiques.

L’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) représente des entreprises de toutes tailles vouées à la prospection, à l’exploitation et à la production du pétrole et du gaz naturel partout au pays. Les entreprises membres de l’ACPP produisent 80 % du pétrole et du gaz naturel canadiens. Les membres associés de l’ACPP offrent une gamme étendue de services qui soutiennent l’industrie du pétrole et du gaz naturel en amont. Ensemble, les membres et membres associés de l’ACPP représentent une part importante de l’industrie nationale, dont les revenus atteignent environ 116 milliards de dollars par année pour la production de pétrole et de gaz naturel. L’ACPP a pour mission, au nom de l’industrie canadienne de pétrole et du gaz naturel en amont, de promouvoir et de stimuler la compétitivité économique, la performance environnementale et la responsabilité sociale.

 

– 30 –

 

Retour aux nouvelles